Nouvelles
Restez en conformité

Vibrations mécaniques : votre entreprise est-elle dans l'illégalité ?

En matière de chariots élévateurs, les vibrations transmises à l'homme sont d'une actualité brûlante depuis la Directive européenne 2002/44/EC

Les vibrations transmises aux caristes sont un sujet brûlant depuis que la Directive 2002/44/CE st_0803_3_main_inline_1.jpgdu Parlement européen les a mises sous les feux des projecteurs. La grande question est de savoir si utiliser des techniques d’amortissement et se pourvoir de sièges plus sophistiqués en valent vraiment la peine. Ne vaut-il pas mieux répondre à cette directive d’une autre façon ?

La réponse vient d'une série de tests effectués récemment sur site…

Selon la Directive 2002/44/CE sur les vibrations transmises à l'ensemble du corps, les employeurs doivent mettre en place des mesures pour que leur personnel ne soit pas exposé à des vibrations supérieures à 1,15 m/s2. La même directive stipule que les employeurs doivent prendre des mesures préventives si la valeur limite d'exposition journalière sur une période de huit heures dépasse 0,5 m/s2. Pour répondre à ces conditions, les fabricants de chariots élévateurs utilisent différentes techniques, notamment la cabine à suspension (ou « cabine flottante »), la suspension du groupe motopropulseur (pour les chariots à moteur diesel) et le moins de jeu possible pour le mât et le châssis. L’accent est mis également sur la qualité du siège conducteur et sur le type de pneus montés.

Sièges, pneus, surfaces

Des tests approfondis ont révélé que ces mesures ont un effet positif sur la réduction des vibrations transmises à l'ensemble du corps. Un siège confortable, par exemple, permet de diminuer les niveaux de vibration, mais uniquement s’il est correctement ajusté au poids du cariste. Attention : un siège mal ajusté, au contraire, amplifie les vibrations !

Des tests ont ensuite été effectués sur plusieurs types de chariots élévateurs (électriques et thermiques) en utilisant toute une gamme de pneus différents. Les contrôleurs ont mesuré les vibrations sur des chariots montés avec des pneus pleins et des pneus gonflés, ainsi qu’avec des pneus pleins ayant des perforations dans la couche intermédiaire. Ils ont fait circuler les chariots sur trois types de surfaces : asphalte relativement lisse, pavés et caniveaux. Sur ces trois surfaces, ce sont les pneus pleins qui ont obtenu les meilleurs résultats (les plus performants étant ceux avec des perforations). Sur l’asphalte, on a constaté que les pneus gonflés produisaient un déséquilibre qui augmentait les vibrations. Ces pneus n'ont d'ailleurs été performants que sur les pavés et avec une charge.

La vitesse fait toute la différence

Naturellement, la plupart de ces tests concernaient des chariots, des sièges et des pneus modernes. En guise de comparaison, des mesures ont été prises également sur un chariot élévateur électrique vieux de 20 ans et doté d’un basculeur de caisses-palettes bringuebalant, de vieux pneus pleins souples et d’un siège sans suspension. A la surprise générale, ce chariot a obtenu les valeurs de vibration les plus faibles entre tous les chariots ! Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il roulait bien moins vite que ses concurrents modernes – et telle est la solution pour réduire fortement les vibrations. Mais avant d’aller récupérer votre ancien chariot à la ferraille, songez au fait que diminuer votre vitesse de conduite aura exactement le même effet sur votre chariot actuel.

Notre conclusion

Pratiquement aucun des chariots élévateurs testés n’a été en mesure de produire la limite légale de 0,5 m/s2 sur une période de huit heures. Pour réduire considérablement vos vibrations, vous devez vous assurer que le sol est le plus lisse possible, que chaque siège à suspension est correctement ajusté au poids du conducteur et que chaque chariot a les pneus adéquats. Enfin, la réduction de la vitesse (en particulier sur les surfaces irrégulières) se soldera par la diminution la plus forte en matière de vibrations.

  • A retenir
  • Mettez un mot dans la cabine à l'attention de vos caristes pour leur rappeler de vérifier les réglages du siège
  • Prenez RDV pour faire tester vos chariots en ce qui concerne les vibrations
  • Abaissez les limitations de vitesse
Cet article a-t-il été utile?
Oui
Non
Merci pour vos commentaires
Real Stuff. Real insights. For the Real Forklift User.